Bookmark and Share

« Social is the new capital » — Dix effets des applications obligent les entreprises à changer radicalement de stratégie

Paris, France – le 14 février 2012 - Une nouvelle publication du fournisseur de services technologiques Sogeti met en évidence les effets de la révolution mobile actuelle. L’affirmation « Social is the new capital » résume en quelque sorte les dix effets des applis présentés dans le livre « The App Effect ». Le succès sans précédent des smartphones, des tablettes et des plateformes de téléchargement d’applications a provoqué un véritable raz-de-marée dans notre société de l’information. En 2011, le nombre d’internautes a franchi le cap des 2,1 milliards[1] et cette année, le nombre de smartphones et de tablettes sur le marché sera supérieur à celui des PC. Sans compter que bon nombre d’individus sont dotés désormais, 24 heures/24 et 7 jours/7, d’un nouveau sixième sens : leurs applications personnelles. Le laboratoire de tendances VINT de Sogeti dresse le bilan des implications de cette nouvelle ère post-PC pour les individus, les entreprises et la société. Selon ses prévisions, nous serons totalement dépendants des applications en 2020 et les entreprises devront se transformer et devenir des « social businesses ».

Cette 16ème publication de Sogeti/VINT décrit 10 effets des applis qui se potentialisent l’un l’autre et permettent aux individus, aux communautés et aux entreprises de se projeter bien au-delà des niveaux Web 2.0. Source de chocs de cultures, ce phénomène induit deux défis majeurs auxquels les systèmes et les entreprises traditionnels auront à répondre. D’une part, l’usage intensif des réseaux sociaux incite les entreprises à entretenir un réel échange avec les utilisateurs et, d’autre part, l’émergence de sous-cultures de réseaux sociaux et de cultures non conformistes telles WikiLeaks, Anonymous et autres « hacktivistes » les contraignent à une transparence totale.

Le livre recense les dix effets suivants :

  1. Le décloisonnement sectoriel : la création et l’adoption dynamiques d’applis stimulent l’innovation et les offres transsectorielles, au-delà des lignes de fracture classiques entre secteurs d’activité.
  2. L’immédiateté de réaction : les entreprises doivent être plus précises et réagir sur-le-champ vu la disponibilité instantanée des appareils mobiles et des applis.
  3. L’émergence des sous-cultures digitales : grâce à la disponibilité d’une multitude d’applis de médias sociaux, le consommateur branché 24 heurs/24 et 7 jours/7 acquiert une expertise numérique et tire parti de moyens de communication et de coordination très performants.
  4. Les attaques des cultures non conformistes : l’approche militante d’« hacktivistes » tels Wikileaks et Anonymous contraint les entreprises à une transparence totale.
  5. Les logiciels considérés comme des gadgets : l’énorme croissance d’applis et d’outils simples et fonctionnels très prisés par les utilisateurs exacerbe le comportement digital.
  6. L’utilisation sensorielle de l’information : l’utilisation sensorielle naturelle des informations confère un sixième sens à l’utilisateur. 
  7. L’augmentation inédite de l’addiction : les individus ont cruellement besoin d’un accès à l’information. Ce besoin crée une infinité d’opportunités pour les entreprises capables d’y répondre de manière efficace.
  8. L’intimité : les liens entre les individus et les groupements deviennent de plus en plus étroits, avec tout le contexte émotionnel que cela crée. Les notions de services « business-to-consumer » et « business-to-business » devront faire place à celle de « person-to-person ».
  9. La dépendance : avoir la connaissance dans sa poche devient un atout indispensable. Les individus deviennent totalement dépendants de l’incontournable écran, source omnisciente d’intelligence externe.
  10. La saturation et le gel des neurones : nous avons grandement besoin de filtres performants pour garder la maîtrise du raz de marée d’informations que les appareils à écran mobiles et les applis génèrent par rapport à la Toile.

Addiction aux applis dans l’ère post-PC

D’après la Brookings Institution[2], le nombre de smartphones dépassera celui des PC cette année encore. Le rythme de mise en service des smartphones est actuellement trois fois plus rapide que celui des ordinateurs individuels. Les analystes suédois de Berg Insight[3] ont récemment calculé que 98 milliards d’applis mobiles seront téléchargées d’ici à 2015.

« Nous nous trouvons au seuil de ce que nous appelons l’ère post-PC – une situation dans laquelle les consommateurs sont de plus en plus obsédés par leur mode de vie digital et seront complètement accros à leurs applis d’ici à 2020. Ceci offrira d’immenses opportunités aux entreprises dans un contexte économique nouveau », affirme Menno van Doorn, directeur de Sogeti/VINT et co-auteur de l’ouvrage sur les effets des applis, avec Jaap Bloem, Sander Duivestein et Andreas Sjöström. 

 

Social Is the New Capital

Les barrières à la communication s’écroulent progressivement, réduisant ainsi la distance entre les individus et les entreprises. Nous disposons à tout moment dans notre poche des capacités d’organisation des médias sociaux mobiles. Ceci ouvre de nouvelles perspectives pour les entreprises qui auront compris que l’‘App Effect’ concerne moins le développement de nouvelles applis et davantage l’établissement de relations sincères. D’après les auteurs de The App Effect, les organisations doivent se muer en « entreprises sociales ». Ils étayent cette affirmation par divers exemples, dont les services bancaires sociaux (social banking), l’émergence des services de santé sociaux et les services énergétiques sociaux avec l’apparition de systèmes domestiques et communautaires de gestion de l’énergie. Cet ‘App Effect’ incite les entreprises et les institutions existantes à prendre en compte les souhaits et les besoins de sous-cultures et de cultures non conformistes, et à évoluer vers un « tiers état numérique » – un territoire libre où tisser de nouveaux partenariats économiques et où bâtir un nouveau capital social. 

 

Une Etude Mondiale

The App Effect est le fruit du travail du VINT, le laboratoire de recherche pour l’analyse des nouvelles technologies de Sogeti, et le résultat d’une étude mondiale approfondie ainsi que d’interviews réalisées auprès de scientifiques, de comportementalistes et de représentants de plusieurs entreprises et institutions. Vous trouverez plus d’informations sur l’élaboration du livre sur www.theappeffect.org, où le livre The App Effect peut être téléchargé pour le prix d’un tweet. Ces dernières années, le VINT (www.sogeti.com/vint) a mené des recherches sur l’impact social d’internet. Publications précédentes : Open for Business (2006), Me the Media (2008), et Don’t be Evil (2010).

 

 


[1] Selon la société de surveillance de l’internet Pingdom – http://royal.pingdom.com/2012/01/17/internet-2011-10-numbers/

[2] http://www.brookings.edu/papers/2011/1208_mobile_broadband_west.aspx

[3] http://www.bgr.com/2011/10/07/berg-mobile-app-downloads-to-grow-57-annually-98-billion-in-2015/